Partagez | .
 

 Cirinci [SOLO] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Merywen
 
 
avatar

Niveau :
3 / 1003 / 100

Messages : 84
Date d'inscription : 31/01/2017

Feuille de perso
Equipement/Argent/Pouvoir :

MessageSujet: Cirinci [SOLO] [Terminé]   Jeu 23 Fév - 1:30
Merywen reprit son souffle après avoir courut trente minutes, son pouvoir activé. Trente minutes ce n'était pas assez. Là où elle était le vent était présent et personne ne l'attaquait ou ne la déconcentrait, dans le Dungeon c'était une autre histoire, elle ne pouvait pas tenir trente minutes. La dernière fois elle n’a pus tenir que quelques secondes à peine, c’était assez lamentable, une vraie novice !
La jeune femme rangea ses rapières et alla s'étendre sur l'herbe. Le ciel était dégagé et d'un bleu somptueux. Les nuages d'un blanc pure, avaient la forme d'oiseau. Son joli gwaew lui manquait tellement ...
Merywen ferma les yeux et eut une pensée pour son village. Il lui manquait évidemment, mais elle ne regrettait pas d'être partie pour cette toute nouvelle vie. Même si le Dungeon est une épreuve assez douloureuse parfois, c'était ce dont elle avait toujours rêvé.
Dans le doux silence des champs, la jeune femme se mit à entendre des oiseaux chanter. C'était agréable, une brise fraîche, un lit l'herbe chatouillant et la douce berceuse d'oiseaux. Dans cette mélodie elle avait l'impression d'entendre un oiseau de son village, un gwaew ...
...
Mais c'était un gwaew !
Merywen se leva d'un bond et chercha le volatile des yeux. Le ciel était immense et pourtant si vide tout d'un coup. Un gwaew ne pouvait pas se trouver si loin de la région. Merywen sorti un sifflet de sa veste, tailler dans une pierre rouge qu'on ne trouvait que par chez elle. C'était un sifflet d'éleveur qui servait à communiquer avec les oiseaux.
La jeune femme se mit à souffler dans l'instrument et les oiseaux lui répondirent par leur propre chant. Elle repéra assez vite le gwaew qui devait se trouver sur le chemin de la ville de Gaïa.
Malgré la douleur de son entraînement dans ses jambes, Merywen dégaina ses rapières pour courir aussi vite que le vent en direction de la ville tout en soufflant dans son instrument.
Lorsqu’elle vit au loin un homme tirer un chariot remplis de babioles et de cages d’oiseaux, elle rangea ses armes pour ne pas effrayer le marchant ambulant. En allant vers lui, elle examina les cages et reconnu parmi eux, sans difficulté, un gwaew. Et le sien de plus. Son gwaew. Cirinci.
Merywen se précipita sur lui et l'arrêta, hors d'haleine.

_Arretez vous !
_Oui ma p'tite ? demanda l’homme en se retournant et posant son chariot
_Ou avez vous eu cet oiseau ? Il est à moi !
_Quoi ? Je les achète à des éleveurs, s'il est à toi il m'a été vendu.
_C'est un gwaew, ils périssent s’ils sont enfermés, regardez la couleur de son plumage, il est déjà très malade. Aucun éleveur ne vendrait cet oiseau à un marchant !
_Ecoute p’tite je fais mon business avec qui je le veux. En attendant j'ai payé pour l'avoir alors soit tu l'achètes soit tu pars.
_Vous achetez vos oiseaux à des voleurs et des braconniers, vous devriez avoir honte ! Je pourrais vous dénoncer.
_A qui donc ? Tu as des preuves de se que tu avances.
_... Les gwaew ne vivent que dans une région lointaine près de la mer et des montagnes. Impossible de les trouver ailleurs car ils ne se reproduisent que dans cette zone dont les courants portent leurs chant pour se rencontrer et s'apprivoiser. D'après un décret nationale par le roi, ces oiseaux sont protégés et leur captivité illégale. Donc j'ai le devoir de vous remettre aux autorités de Gaïa, vous ne pensez pas ?


Le vieil homme fixa intensivement la jeune femme qui soutint son regard. Elle ne laisserait pas tomber son Cirinci ! Après leur échange de regard, le marchant se mit à grommeler des jurons avant de prendre la cage et la tendre violemment à Merywen. L’oiseau à l’intérieur était tellement mal en point qu’il ne réagissait pas à la secousse de sa prison.

_Tient ton Piaf de malheur ! De toute manière il  est en train de crever.

Merywen prit doucement la cage pour ne pas brusquer l'animal, une fois dans ses bras, elle eut un doux sourire pour son ami de toujours, mais ce dernier avait les yeux aussi ternes que son plumage. Ce n’était pas un être qui méritait la captivité. Alors que l'homme commença à partir avec le reste de sa marchandise, Merywen l'arrêta une nouvelle fois.

_Eh ! Dites moi qui vous l’a vendu.
_Ché pas moi, tu sais les braconniers sont de plus en plus nombreux, tes oiseaux de montagne là, heureusement qu'ils sont "invendable".
_Attendez ! Tenez.


Merywen sortie sa bourse, et donc tout se qu'elle possédait, et le mit dans la main de l'homme en la refermant dessus. Le marchant regarda sa cadette, un sourcil haut pour montrer son étonnement. Elle venait de la menacer de la remettre aux autorités et lui donnait tout de même son argent pour avoir son oiseau à moitié mort ? Quelle étrange fille …

_Je vous les achètes tous !
_Tu penses vraiment que ta bourse soit assez grosse ?
_Très bien. Je les prends tous sauf ces trois la. Eux seront mieux avec des maîtres.

_Ok. Ils sont à toi.

Aussitôt Merywen sourit au vieil homme et se rua sur les cages pour les ouvrir une à une pour libérer tout les oiseaux qui s'envolèrent haut dans le ciel en chantant, comme pour remercier la jeune femme aux cheveux rouges. Cette dernière se retourna vers eux pour contempler leur envol majestueux, leurs ailes fendant les airs et leurs plumages de milles couleurs sur ce fond d’un bleu apaisant, s’éparpiller pour retourner chez eux.
Le marchant était ahuris. Cette fille avait un grain. Un gros grain.

_Tu les as acheté pour les relâcher ?
_La liberté ne devrait pas avoir de prix. Je vous laisse les cages.
_Pourquoi pas ces trois là ?
_Ils sont incapables de voler. Regardez leurs ailes. Ils ne survivraient pas sans propriétaire. Mais ils sont tout de même beaux et leur chant est mélodieux, vous les vendrez assez rapidement.
_Pff, au moins j'aurais toujours ça et mes cages de gagner. Fait attention à toi ma p'tite, peut-être que le prochain marchant que tu rencontreras sera beaucoup moins loquasse que moi.
_Merci monsieur.


Le vieil homme esquissa un sourire à la jeune femme. Elle était peut-être folle mais sa joie de vivre avait allégé le cœur de l’homme solitaire. Il reprit sa charrette et sa route. Merywen le regarda partir avant de se retirer elle aussi, son oiseau encore dans sa cage, elle voulait être tranquille pour l'apaiser.
La jeune épéiste se rendit dans sa Maison, sur le couloir ouvert où elle avait rencontré Kagura la première fois. C'était devenu son lieu préféré dans le Maison. Le vent soufflait doucement dans sa chevelure rouge tendit qu’elle s'assit sur la rambarde, les pieds pendant dans le vide.
Merywen posa sa main sur la porte de la cage et l'oiseau commença à s'affoler.

_Cirinci calme toi, c'est moi ! Tu vas te blesser arrête ! Cirinci !

Malgré les demandes suppliantes de la jeune femme, l’oiseau continua à s'agiter dans sa cage, ses plumes ternes quittèrent son plumage pour tomber dans le vide. Pour ne pas causer d’accident, Merywen posa cage sur le balcon et d’y assise. Elle sortit son sifflet pour en jouer, comme si c'était une flûte. Au doux son familier de l'oiseau, ce denier se calma et ses yeux d'un noir miroitant se posèrent sur la jeune femme. Merywen sourit à son vieux compagnon avant d'ouvrir la cage, jouant encore de son sifflet. L'oiseau sautilla hors de sa cage avant de se poser délicatement sur le bras de l'épéiste qu’elle lui avait tendu. Il déploya ses ailes pour dégager ses poumons et chanta, accompagnant le son du sifflet.
Le coeur de la jeune femme était si apaisé, si sereine qu'elle ferma les yeux pour écouter l'harmonie entre son instrument et la voix portante de l'oiseau des vents.
Après quelques minutes, ils s'arrêtèrent et la jeune femme examina son compagnon.
Il avait du être enfermé plusieurs jours vu l'état de son plumage, il avait une aile abîmée mais après un repos et un bon repas il pourra s'envoler comme au premier jour. Une de ses pattes semblait faible. Il a du lutter contre ses kidnappeurs lors de sa capture. Merywen souffla doucement sur le ventre de l'oiseau qui se mit à gazouiller avant de venir frotter sa tête contre celle de la jeune femme.

_Toi aussi tu m'as terriblement manqué Cirinci. Je vais bien m'occuper de toi et on ne se quittera plus. Je vais quand même prévenir la famille que tu es avec moi.

L'oiseau grimpa de ses deux pattes le long du bras de la jeune femme jusqu'à son épaule et ferma les yeux, pouvant enfin se reposer en sécurité.


Plus tard, Merywen apprit que Cirinci avait était capturé alors qu’il se rendait à la Maison des Equipés pour retrouver sa maîtresse. Après cet incident, les habitants de son village allaient devoir faire attention aux braconniers …
Mais Merywen était trop heureuse d’avoir retrouvé son compagnon, qui guérit en quelques jours à peine, qu’elle oublia vite la mésaventure de ce dernier et reprit sa nouvelle vie d'épéiste en compagnie de Cirinci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cirinci [SOLO] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» Un soupir vient souvent d'un souvenir ... [solo, terminé]
» Un anniversaire, une nostalgie [Solo] [Terminé]
» Série de meurtre en Mavreah [Rp solo terminée]
» [Quête] A voleur, voleur et demi - Solo - [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Dungeon :: L'Administration :: Archives-