Partagez | .
 

 Que cherches-tu à prouver ? [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Merywen
 
 
avatar

Niveau :
3 / 1003 / 100

Messages : 83
Date d'inscription : 31/01/2017

Feuille de perso
Equipement/Argent/Pouvoir :

MessageSujet: Que cherches-tu à prouver ? [SOLO]   Mar 6 Juin - 15:18
Merywen continua d’avancer dans la grande plaine. Depuis son arrivé chez les Equipés, elle n’était jamais entrée seule dans le Dungeon. C’était le moment de tenter l’expérience, surtout qu’elle ne s’en était pas trop mal sortie avant … enfin … elle avait encore beaucoup de chose à apprendre mais ça devrait aller, si elle reste dans le premier étage …
Après un passage dans la Save, identification de son habilitation à entrer et vérification de son rationnement pour survivre au moins cinq jours dans le Dungeon, Merywen passa les portes de ce lieu. Le premier étage n’avait pas changé, foret, grande herbes, léger vent très apprécié. De quoi mettre de bonne humeur la demoiselle, accompagnée de son magnifique oiseau à plumes rouges. La jeune femme n’avait pas peur pour lui, Cirinci était très intelligent et savait qu’il ne fera pas le poids contre quelconque monstre, en cas de problème il s’envolerait très haut en attendant que sa maîtresse finisse ses affaires d’aventurières.
Tout ne pouvait que bien se passer.

Merywen tua quelques sangliers, après en avoir abattue un ou deux, elle comprenait comme ça fonctionnait. Leur taille imposante ne lui faisait aucunement peur, elle savait qu’elle était plus rapide qu’eux et tant bien même ces bêtes étaient féroces, si elle s’enfuyait, ils ne pouvaient guère la rattraper, et c’était une perspective très rassurante.
Merywen arriva près d’un lac tout à fait charmant et s’y assit pour se rafraichir, mais avait-elle posé le genou à terre qu’une espèce de poisson énorme et très moche remonta à la surface pour l’éclabousser, l’arrosant de la tête au pied, la faisant glisser et presque tomber dans le lac. La jeune femme se redressa rapidement, ne voulant nullement finir manger par un poisson aussi moche.

-Cirinci, je vais avoir besoin de toi, mais reste le plus haut possible, ce truc serait capable de te dévorer.

Merywen regarda son oiseau voler au dessus du lac quelques tours avant de descendre en piqué à deux reprises. Apparemment il y avait deux énormes poissons dans ce lac. Ça n’allait pas être facile. La jeune femme alla chercher trois branches solides avant de s’asseoir tranquillement au bord du lac et tailler les branches avec une de ses rapières jusqu’à obtenir une pointe transpirante, créant des harpons très rustique. Heureusement qu’elle venait d’un village de pécheurs, les poissons, c’est son domaine !
Merywen se releva et se mit en position, comme si elle bandait un arc, et attendit. Pour l’aider, Cirinci se mit à voler au dessus du lac, certainement au dessus d’un des deux énormes poissons, pour, peut-être, l’obliger à sauter afin de le dévorer. Mais il n’y eut rien. Ces poissons avaient besoin d’une autre motivation qu’un pauvre petit oiseau. Parfait.

Merywen laissa ses harpons et retourna dans la plaine afin de trouver un sanglier. Elle n’eut pas à chercher longtemps, un sanglier, d’une taille imposante, comme d’habitude, marchait tranquillement dans la plaine. La jeune femme attira son attention et il chargea. Merywen courut, de manière à ce qu’il la voit sans la rattraper, jusqu’au lac. Elle se tourna face au sanglier comme si elle l’attendait. Ce dernier chargea sur la jeune femme sans réfléchir, ses instincts sauvage l’envahissant.
Merywen aurait pu sourire de sadisme face à son plan des plus sanglant, mais elle ne pensait pas à la douleur que ressentirait cette bête, elle ne pensait pas non plus à ses récompenses, si elle en aurait, elle pensait juste à devenir plus forte, pour pouvoir monter à l’étage suivant sans perdre une jambe. Devenir plus forte, plus courageuse.

Le sanglier, hargneux, fonça droit sur Meywen qui se décala au dernier moment, se jetant sur le coté pour être sûr d’éviter la bête, elle prit soin de faire une entaille dans la chair de l’animal dans son esquive. Le sanglier s’engouffra dans le lac, son sang se mélangeant avec l’eau, laissant une trainée rouge derrière lui. Comme prévu, le sang attira les deux énormes poissons qui se jetèrent sur le pauvre animal qui se débattit pour se sauver. Merywen agrippa un harpon et prit de l’élan pour que la vitesse donne de la force à son arme, tel un arc, elle lança le pieu qui se logea dans l’œil d’un des poissons qui lâcha sa prise et alla se tordre de douleur un peu plus loin dans le lac. Le sanglier était donc face à un seul poisson géant, ils devaient faire à peu près la même taille, mais le poisson avait vraiment des dents acérés tel un requin, et une mâchoire qui devait faire la moitié du sanglier. C’était un combat de titans. Merywen lança son deuxième harpon dans l’œil de l’autre poisson. Malgré l’agitation, elle avait une précision hors en pair. Surtout qu’en réalité, les yeux des poissons devaient faire deux ou trois fois sa tête, c’était difficile de les manquer.
Le poisson lâcha sa proie qui s’écroula à terre, peut-être vivant, peut-être mort. Merywen sauta sur le corps inerte du sanglier qui lui servit de rocher au milieu de ce lac dangereux et elle observa. Le deuxième poisson s’agitait alors que le premier, remit de sa blessure mais borgne, revint vers elle pour finir son repas. Merywen prépara ses deux rapières et regarda sa trajectoire. Le poisson ouvrit sa gueule, montrant toute ses dents, pour croquer dans la chair fraiche de ce sanglier. Merywen donna un violent coup de rapière dans la mâchoire de ce poisson. Surpris, et agonisant, ce dernier donna de grands coups de nageoire, créant une grande vague qui emportant la jeune femme. Surprise, elle lâcha une de ses rapières dans sa chute et se retrouva à l’eau. Ses vêtements s’imprégnèrent et elle eut du mal à remonter à la surface. En remontant, elle vit le deuxième poisson, furieux, foncer sur elle. Impuissante dans l’eau, elle essaya vite de remonter sur le sanglier, mais le poisson semblait vraiment trop rapide. Au dernier moment, Merywen lâcha l’animal et se mit en boule. Le poisson croqua le sanglier. Ses dents pointues passant justes au dessus de la tête de la jeune femme. Le poisson enfonça ses dents dans la chair fraiche mais solide de l’animal. C’était sa chance. Merywen nageant à l’aveugle un peu plus loin à l’intérieur du poisson avant d’enfoncer sa rapière, là où devrait se trouver le cerveau de l’animal, s’il en avait un.
Le poisson se mit à se tordre de douleur, entrainant la demoiselle dans une violente valse aquatique. Merywen ne lâcha pas sa rapière jusqu’à se que la bête se calme. Elle retira rapidement son arme et remonta à la surface pour reprendre son souffle. L’autre poisson semblait déguster son repas en attendant. Merywen nagea rapidement jusqu’à la rive. Elle retira sa veste  et ses botes qui pesait vraiment trop lourd, et couru comme elle pu, sans ses pouvoirs malheureusement, ayant perdu sa rapière dans l’eau, jusqu’à son dernier harpon. Sans force elle ne garantissait pas sa réussite, mais elle aurait essayé. Elle prit de l’élan avant de lancer le harpon droit vers le poisson, le bois transperça le corps du monstre qui arrêta sa dégustation pour se tordre de douleur.
Cirinci survola une zone au dessus de l’eau. Certainement où Merywen avait perdu sa lame. Elle plongea rapidement pour la récupérer et revenir à la rive. Maintenant, elle devait en finit avec ce monstre. Elle se mit à courir pour prendre de la vitesse, le maximum qu’elle pouvait, il fallait aller vite, plus vite, encore plus vite. Merywen respirait lentement, elle ne devait pas se déconcentrer, elle ne devait pas avoir peur, si elle voulait faire ses preuves, c’était maintenant !
Merywen sauta sur le sanglier qui lui servit de trampoline, elle se retrouva dans les airs, ses deux rapières dirigées vers l’abomination aquatique et les enfonça jusqu’au manche. Le poisson se tortilla encore à peines quelques secondes avant de rendre l’âme.
Merywen reprit son souffle sur l’énorme bestiole avant de retirer ses rapières et se rendre sur la rive, elle s’écroula sur le dos, respirant avec force. Cirinci se posa sur son genou où elle découvrit une profonde entaille. Ça aurait été trop beau de gagner sans égratignure. Merywen sourit à son ami avant de s’écrouler à nouveau, trop fatiguée pour se soigner présentement.
Au moins elle aura du poisson pour le dîner.


[HS ce n'est pas fini x) Mery reste environ 1 semaine dans le Dungeon et il y aura autant de post que de jour :p]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merywen
 
 
avatar

Niveau :
3 / 1003 / 100

Messages : 83
Date d'inscription : 31/01/2017

Feuille de perso
Equipement/Argent/Pouvoir :

MessageSujet: Re: Que cherches-tu à prouver ? [SOLO]   Jeu 8 Juin - 16:26
Merywen se réveilla doucement, affaiblit par sa blessure à la jambe. Elle ne savait pas comment elle avait fait pour se faire une entaille aussi profonde, mais elle s’était promis de rester dans le Dungeon au moins trois jours, peut-être plus si elle y arrivait. L’épéiste  s’était fait un bandage d’infortune mais elle savait qu’elle devait cautériser ou coudre la plaie. Seulement, elle n’avait pas de feu et encore moins de fil sur elle. Ça devenait compliqué …
Merywen avait grimpé sur un arbre pour s’endormir sur une des branches pour ne pas se faire tuer durant son sommeil. Elle s’étira mais sa blessure lui faisait vraiment mal. Elle devait s’en occuper rapidement. La jeune épéiste descendit prudemment de son perchoir, et trotta jusqu’à une sorte de foret. Si elle trouvait une liane, elle pourrait l’effiler pour obtenir un fil assez fin pour la recoudre et avec unes des arrêtes des poissons qu’elle avait prit par élan d’intelligence, elle pourrait se faire une aiguille.
Cirinci partait en reconnaissance pour éviter à sa maîtresse de se déplaçait pour rien. Merywen avait fait à peine quelque pas que son bandage s’imprégna de sang. Si ça continuait comme ça, elle allait se vider et perdre connaissance, voir mourir. Ça devenait urgent.
Par bonheur Cirinci lui indiqua le chemin le plus court vers la jungle la plus proche et essaya de prendre une liane avec son bec, malgré ses petites forces. Merywen arriva qu’il continuait encore à essayer d’arracher la liane. La jeune femme sourit.

_Ahah ce n’est pas un ver, tu ne pourras pas l’arracher facilement. Laisse-moi faire.

L’oiseau s’écarta pour que sa maitresse donne deux grands coups de rapière, laissant une liane tomber au sol. Merywen s’adossa contre le premier arbre venu, par derrière, et commença à effiler la liane. En retirant son bandage, un peu de sa peau resta collée au tissu et elle dû étouffer quelques cris devant tant de souffrance. La plaie à l’air, elle respira doucement et commença à coudre sa peau. C’était atroce, ça faisait horriblement mal !
Merywen serrait les dents pour ne rien laissait paraitre mais elle souffrait beaucoup et personne ne pouvait l’aider. Elle réussit à se recoudre correctement et balança l’aiguille et la liane loin d’elle tout en respirant fortement. Elle ne pensait pas que ça serait si éprouvant de se soigner.
Au dessus d’elle, Cirinci se mit à s’agiter, affolé. Et Merywen vit une sorte de grosse araignée, aussi grosse que les sangliers venir à elle. Oh non … pourquoi toute les bestioles de cet endroit étaient disproportionnées ?!
Merywen se releva, avec difficulté, tachée de son propre sang.

_Tu sais … Je n’ai jamais aimé les araignées.

La chose poussa une espèce de cri étrange, Merywen ne savait pas que les araignées pouvait crier, pouvait émettre le moindre son même. Mais bon, c’était cette bestiole ou elle. L’abomination fonça sur notre héroïne et Merywen se mit à courir droit sur son adversaire, accélérant avec ses deux rapières en mains. Elle glissa entre les pattes de la bestiole et lui coupa deux pattes au passage, laissant une substance étrange s’y dégager. Merywen se releva rapidement. Trop rapidement. Sa blessure à la cuisse l’élançait. Oh que c’était douloureux. Si seulement elle avait des compétences de soins ! Ou une potion, ou que sais-je ?
Lui restant assez de pattes pour marcher, et vraiment énervée, l’araignée se rua sur la demoiselle qui n’arrivait plus à avancer à cause de la douleur. Et par peur, il fallait l’avouer.
Courage Merywen.
La jeune femme sauta dans les airs au dernier moment, bondissant comme un chat, elle atterrie sur l’abdomen de la bestiole et enfonça ses rapières. L’épéiste du faire du rodéo pour rester en vie. Là où elle était, l’araignée ne pouvait pas l’atteindre, mais Merywen ne pouvait pas attaquer non plus. Elle espérait que les mouvements de va et vient de ses lames fassent assez de dégâts pour tuer cette chose. Et après de longues minutes d’agonies, la bête s’écroula sur le dos et recroquevilla ses pattes, signes qu’elle était morte. Merywen ne savait pas pouvoir les araignées prenait cette position lorsqu’elles mourraient, mais était bien contente qu’elles le fassent ! Au moins comme ça, elle était sûr d’avoir tuer la bestiole. M’enfin, maintenant il fallait sortir de là-dessous, et la chose n’était pas des plus légères !
Heureusement elle disparut assez rapidement et laissa 1 po derrière elle en guise de récompense. Merywen resta un moment immobile, rependant ses forces, alors que Cirinci ramassa la pièce avec son bec et la posa sur le ventre de sa maîtresse. La jeune femme ne releva pas la tête, les yeux rivés vers ce qui devait être le ciel, ses longs cheveux rouges étalés autour de son visage tel des pétales sur une fleur.

_J’espère … Atteindre le dernier étage un jour …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merywen
 
 
avatar

Niveau :
3 / 1003 / 100

Messages : 83
Date d'inscription : 31/01/2017

Feuille de perso
Equipement/Argent/Pouvoir :

MessageSujet: Re: Que cherches-tu à prouver ? [SOLO]   Sam 10 Juin - 1:50
Merywen passa une grande partie de la journée à se remettre d’aplombs. Sa cuisse commençait à cicatriser. Elle n’était pas totalement rétablit mais avait assez de force pour retourner au combat. Cirinci posé sur son épaule, Merywen marcha dans la prairie, se disant que si un monstre apparaissait, elle le verrait venir.
Mais plus elle avançait, plus les plus herbes paraissaient hautes. Jusqu’à la dépasser. Ça allait être difficile de voir un monstre arriver maintenant …
Cirinci s’envola en reconnaissance. Heureusement qu’il était avec elle, c’était son ange gardien. L’oiseau revint vers sa maîtresse, lui indiquant que tout allait bien. Mais au moment de voler plus bas pour se poser sur elle, une chose sauta très haut pour dévorer l’oiseau.

_CIRINCI !!!

L’oiseau, vif, réussit à esquiver la chose qui avait essayé de le dévorer. Mais qu’est-ce que c’était ?
Merywen sortit rapidement ses rapières alors qu’elle attendait, et entendait, la chose venir vers elle. Elle leva haut ses rapières, prête à se battre.
Mais plus rien. Plus un bruit. Aucune herbe ne bougeait.
Merywen commençait à être terrifiée. Son cœur se mit à battre très fortement. Sa respiration était rapide. Où était Cirinci ? Où était le monstre ? Pourquoi elle n’entendait plus que son souffle haletant et son cœur frémir ?
Soudain, un bruit effroyable émana d’entre les herbes et une masse sombre se présenta devant elle. Effrayée, Merywen tomba sur les fesses, laissant ses deux rapières rouler loin d’elle. L’ombre la regarda de ses grands yeux rouges sang et avait la forme d’un rat. Un rat géant et très effrayant.
La jeune femme poussa un grand hurlement à la vue de ce monstre à un mètre d’elle. Debout sur ses pattes arrière, il était vraiment, vraiment monstrueux.
Le rat (géant) se rua sur Merywen qui esquiva de justesse mais l’animal était vif, rapide, et Merywen, sans ses armes, étaient terriblement lente. Elle regarda où était ses rapières. Entre les pattes de l’animal, évidemment.
Plus trop le choix, il fallait sauver sa peau maintenant.
La jeune épéiste tourna le dos à son adversaire et se mit à courir. Bon sang, elle était vraiment lente. Elle tournait la tête parfois pour savoir où était le monstre. Sa petite taille était peut-être en train de lui sauver la vie. Merywen se jeta derrière une pierre et se mit toute petite. Le rat, continua sa route, tout droit, n’ayant pas vu la jeune femme. Celle-ci se releva aussitôt et courut au sens opposé. Vite ses rapières, elle devait retrouver ses rapières. Vite !
Mais elle commença à entendre les cris assourdissant du rat s’approcher d’elle.
Cours Mery ! Cours !
La jeune femme voyait ses rapières briller entre les herbes aplatis sous le poids de la traversée de la bestiole.
Les hurlements du rat se rapprochaient encore. Il ne fallait pas se retourner, pas cette fois, il fallait juste courir.
Courir.
Plus vite.
Merywen plongea vers une de ses rapières, sentant la présente de l’animal à seulement quelques centimètres d’elle. Par peur, elle tourna la tête dans son élan, pour voir un fil rouge foncer sur la tête du monstre et le déstabiliser. Cirinci.
Merywen agrippa sa première rapière, roula sur elle-même pour prendre l’autre mais elle n’avait pas le temps de se relever que le rat était déjà au dessus d’elle. Sans réfléchir, n’écoutant que son envie de vivre, elle donna deux violents coups de rapières sur le visage de l’animal qui agrippa ses plaids sous l’effet de la douleur. Il se recoquilla sur lui et Merywen lui enfonça ses deux rapières dans le cou, faisait disparaître automatiquement le monstre, remplacé par une pièce d’or.
La jeune femme resta un moment immobile avant de s'effondrer sur ses genoux. Elle se mit sur ses fesses et porta ses genoux à sa tête pour y enfouir son visage et pleurer en silence.
Elle avait affronté des sangliers géants, des araignées géantes, des poissons immenses et une plante carnivore, mais elle n’a jamais eut aussi peur de sa vie. Ironique ?
La jeune femme sentit les griffes délicat de Cirinci se poser doucement sur son épaule. Puis la tête de ce dernier s’enfouir dans ses cheveux rouges pour la consoler.
A ce moment, Merywen eut une grande pensée pour sa famille, pour son village, pour la volière, pour les montagnes et la mer.
Pourquoi était-elle partie de chez elle … ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merywen
 
 
avatar

Niveau :
3 / 1003 / 100

Messages : 83
Date d'inscription : 31/01/2017

Feuille de perso
Equipement/Argent/Pouvoir :

MessageSujet: Re: Que cherches-tu à prouver ? [SOLO]   Lun 12 Juin - 12:53
Merywen respira doucement en entrant dans la forêt. Elle cherchait un monstre en particulier. Un monstre qui l’avait fait fuir autrefois, mais qu’elle était prête à affronter à présent.
Les plantes se mirent à s’agiter autour d’elle, puis, une ombre s’imposa devant la jeune épéiste.
La plante carnivore.
La dernière fois elle ne l’avait pas affronté proprement, elle avait même fuit et laissait Gordon faire tout le travaille. Mais ça faisait quatre jours qu’elle était ici et avait tué une bonne centaine de monstres, maintenant elle était prête à affronter cette chose répugnante.
La plante lui sourit, montrant ses jolies dents pointues et sa salive fumante de toxines.

_Comme on se retrouve …


Merywen sortit ses rapières de leur fourreaux d’un geste vif et déterminé. La plante s’imposa, plus grande, plus féroce, la jeune femme avait peur, mais elle savait qu’elle avait les capacités pour tuer ce monstre à présent.
Les plantes autour d’elles foncèrent vers ses membres pour l’immobiliser, mais Merywen était plus rapide qu’elle et coupait les végétaux qui essayaient de la toucher. La plante carnivore en profita pour essayé de dévorer la jeune femme mais celle-ci esquiva de justesse. Les autres plantes continuèrent leurs assauts tandis que la plante carnivore se redressa et commença à envoyer une série de crachas répugnants. Merywen les esquiva tant bien que mal mais la salive du monstre rebondissait sur le sol et de micros morceaux touchaient la demoiselle, rongeant sa peau comme de l’acide, faisant baisser sa vitesse et sa précision sous la douleur.
Les plantes réussirent à chopper le bras de Merywen, puis sa jambe, son autre jambe et son autre bras. Immobilisée, les plantes emmenèrent la demoiselle devant la plante carnivore qui se lécha les babines.
Le cœur de Merywen commença à accélérer, elle avait vraiment peut à cette instant.
Que faire ?
Vite Mery, réfléchis vite.
La jeune femme regarda de tout les cotés. Des arbres, des plantes, des plantes, des arbres. Et ces fichus lianes qui l’immobilisaient.
Mais elles avaient encore ses rapières.
Avec beaucoup de concentration elle pouvait utiliser sa vitesse pour la transformer en force, même si elle ne courrait pas. Mais comment se concentrer alors qu’on allait se faire dévorer par une plante monstrueusement grande et effrayante ?
La jeune femme ferma les yeux et respira doucement. Elle entendit un chant doux et familier. C’était Cirinci qui chantait pour elle ? Il avait vraiment le don de l’apaiser, la réconforter, la soutenir. Elle ne pouvait pas mourir et l’abandonner ici.
Merywen ouvrit les yeux avec vigueur et arracha la plante qui retenait son bras droit, élançant son bras pour donner un violent coup sur la face de la plante. Sous le coup, cette dernière bascula en arrière et gesticula, mais lors de la balafre, la salive du monstre se répandit et une grande traîné de cette substance atteignit le bras gauche de Merywen et lui rongea une grande partie de son bras. La jeune femme hurla à la mort.
C’était affreux, sa brûlait, sa brûlait trop, c’était abominable !
Mais c’était sa seule chance de vivre alors Merywen coupa rapidement les lianes de son bras libre, tomba à terre et se releva avec difficulté. La douleur était tellement forte qu’elle avait un haut de cœur, retenant ses larmes, elle regarda le monstre se redresser, prêt à se battre une nouvelle fois.
Les deux adversaires se regardèrent un moment avant de foncer l’une sur l’autre mutuellement. Merywen sauta dans les airs, les bras écartés, tel un oiseau prenant son envole, et au dernier moment, mit ses jambes en avant pour rebondir sur la mâchoire de la bestiole qui avait ouvert sa gueule en grand, elle passa par-dessus la tête du monstre et retomba en piquer vers le sol derrière celle-ci. Donnant toute sa force, elle coupa d’un geste vif et précis la tige de la plante, la détruisant instantanément.
Merywen retomba sur un tas de plante qui ne gesticulait plus. Leur tête coupée, les plantes n’étaient plus vivante.
Merywen respira doucement avant de sortir de cette forêt maudite, elle installa dans un coin qui semblait tranquille pour le moment et regarda son bras brûlé. Sa chair et sa veste avait fusionné durant l’action de l’acide. Ça allait être très douloureux.
Merywen retira sa veste d’un coté, respira rapidement, se donnant du courage, et commença à retirer sa veste collé à sa peau, arrachant des morceaux de chair au passage. La jeune femme serrait les dents pour ne pas hurler mais la douleur était si ardue que ses larmes coulèrent d’elle-même.
Une fois sa veste entièrement retirée, elle regarda sa blessure. Elle était profonde, recoudre n’allait servir à rien, de toute manière il n’y avait rien à recoudre. La jeune femme alla à un point d’eau  et y plongea son bras. Ça brûlait encore plus, c’était horrible mais c’était nécessaire pour bander son bras.
Après avoir refroidit son bras meurtrie, Merywen posa quelque feuille sur sa plaie et déchira un bout de sa veste pour bander son bras. Ses vêtements étaient totalement en ruine.
La jeune femme posa sa main sur son tatouage, ayant une petite pensée pour son grand-frère. Cirinci se posa devant sa maîtresse et ils se regardèrent en silence. Merywen lui sourit.

_Tout va bien mon grand. Merci d’être là pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Merywen
 
 
avatar

Niveau :
3 / 1003 / 100

Messages : 83
Date d'inscription : 31/01/2017

Feuille de perso
Equipement/Argent/Pouvoir :

MessageSujet: Re: Que cherches-tu à prouver ? [SOLO]   Lun 12 Juin - 15:37
Merywen était maintenant dans le Dungeon depuis cinq jours. Ses vêtements étaient en lambeaux, elle avec une cuisse recousu et un bras brûlé à l’acide. Le Dungeon ne l’avait pas épargné.
Merywen voulait trouver l’entrée du deuxième étage, mais même après cinq jours ici, impossibles de mettre la main dessus, elle ne savait même pas à quoi pouvait ressembler et si elle devait battre un monstre super trop puissant de la vie pour mériter de monter à l’étage supérieur. Elle ne voulait pas sortir du Dungeon sans avoir trouvé cette fichue porte. Ou du moins, ce qui ressemblait à une porte.
Alors qu’elle marchait tranquillement, essayant d’oublier ses douleurs physiques, elle entendit des bruits étranges autour d’elle. Merywen se retourna doucement, mais il n’y avait rien. L’épéiste et l’oiseau échangèrent un regard avant de lever les yeux au ciel.
Trois immondes araignées étaient installées sur les branches justes au-dessus d’eux.
Ok. Pas de mouvements brusques.
Sans quitter des yeux les immondes bestioles, Merywen avança pour quitter ce nid. Mais elle marcha malencontreusement sur une branche qui craqua.
Oups.
Les trois grosses araignées descendirent de leur nid pour se ruer sur la demoiselle qui dégaina ses rapières. Cirinci s’envola, suivit par sa maîtresse qui court derrière lui. Les araignées étaient rapides et plus nombreuses. Elles devaient être au moins cinq à présent derrière elle. Merywen n’était pas de talle à affronter cinq monstre à la fois, seule. La fuite était préférable.
Merywen réussit à quitter la forêt mais les monstres continuaient de la suivre. Elles lui lancèrent des toiles afin de l’agripper mais la jeune femme esquivait avec talent. Malheureusement, une des toiles se logea autour de sa cheville et la fit tomber de tout son long, lâchant ses rapières, la laissant à la merci de ces monstres. Merywen se retourna pour voir les cinq énormes araignées se ruer sur elle.
Il n’y avait plus d'échappatoires à présent. Sans ses rapières, elle était morte.

Alors que la demoiselle voyait son heure arriver, une boule de feu percuta les monstres qui s’écroulèrent instantanément, disparaissant dans une étrange fumée. Merywen regarda vivement la personne qui venait de lui sauver la vie. C’était un garçon qui devait avoir à peu près son âge, grand, avec des cheveux rouges lui aussi mais également des mèches argentés. Il avait une tenue aussi rouge que ses cheveux et il regarda les monstres partir en fumée avant de s’avancer vers la demoiselle en détresse.
Il la scruta un moment, le visage indifférent. Puis, s’accroupit pour lui retirer la toile qui lui bloquait le pied. Il la regarda dans les yeux avant de se relever tranquillement et lui tendre la main.

_Ça va ?
_Euh … je … oui, merci de m’avoir sauvé.

L’inconnu avait un ton calme et serein, trop calme et trop serein. Un visage étrangement neutre, aucune expression ne se visait dessus, même pas la lassitude, juste de l’indifférence. Il aida la demoiselle à se relever et la regarda dans les yeux. C’était un peu déstabilisant mais ce n’était pas méchant.

_Depuis combien de temps êtes vous dans le Dungeon ?
_... Cinq jours.
_Vous devriez sortir d’ici.
_Oui je sais mais …


Merywen détourna les yeux de son sauveur. Elle aurait aimé pouvoir rester un peu plus longtemps mais c’était vrai qu’elle devait avoir une triste mine. Cirinci vint se poser sur l’épaule du jeune homme. Ce dernier regarda l’oiseau. Que lui voulait ce truc ? C’était quoi comme race d’oiseau ça ?
Merywen s’empressa de reprendre son ami lorsqu’elle vit que l’inconnu n’était pas très à l’aise avec son compagnon d’infortune.

_Excuse le, il est plus timide d’habitude.
_...
_... ?
_...
_... Je ne vais pas sortir du Dungeon.


Le jeune élémentaliste ne détacha son regard de la demoiselle bien amochée. Il croisa les bras et laissa le silence régner entre eux. Merywen ne savait pas trop comment réagir face à ce type de personne. D’ailleurs, qui était ce garçon ? Pourquoi lui est-il venu en aide ? Et il venait tout de même de tuer cinq araignées très facilement, un niveau pareil … ne devrait pas être au premier étage !

_Que cherchez vous à prouver ? Mourir ici ne vous aidera pas à exaucer vos désirs.
_Je … j’aimerais être plus forte et plus courageuse.
_Le courage ce n’est pas risquer sa vie inutilement. Le courage est une force de caractère qui permet d’affronter le danger, la souffrance, la difficulté. Et la force est une vertu qui s’acquière avec l’expérience. Guérissez, reposez vous et revenez plus forte.
_... Je …
_...
_ Je vais sortir du Dungeon.
_Sage décision. Je vais vous accompagner, pour en être certain.
_Je m’appelle Merywen, enchantée.


La jeune épéiste tendit la main à son sauveur habillé en rouge qui regarda un moment cette petite main innocente avant de la serrer. La main de Merywen lui paraissait chaleureuse, aussi petite que celle d’une enfant, même son regard, son sourire, cette fille respirait l’innocence et la gentillesse, c’était assez troublant pour lui.

_Klaus.


[FIN]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Que cherches-tu à prouver ? [SOLO]   
Revenir en haut Aller en bas
 

Que cherches-tu à prouver ? [SOLO]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation Bob Solo [Validée]
» Mission Jedi & Sith : Prouver sa Valeur [Echouée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)
» Rompre la solitude (Solo acquisition Kuchiyose)
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Dungeon :: L'Administration :: Archives-